Le 25 novembre, c’est la Sainte Catherine !

Le 25 novembre, c’est la Sainte Catherine !

En effet, depuis plusieurs siècles  la fête de la Sainte-Catherine commémore le martyre de Catherine d’Alexandrie.

Dans la tradition populaire, cette journée est dédiée aux femmes d’au moins 25 ans qui sont encore célibataires. Elles revêtaient des tenues et des chapeaux extravagants et se rendaient en cortège devant une statue de Sainte Catherine pour la parer de fleurs, rubans, chapeaux … Elles coiffaient Sainte Catherine dans l’espoir de trouver un mari !

Le proverbe dit : « À la Sainte-Catherine, tout bois prend racine ». Ce serait donc le moment idéal pour planter des arbres et arbustes.

Mais le 25 novembre, c’est surtout aujourd’hui… la Journée Internationale pour l’Elimination de la Violence contre les Femmes !

C’est cette date qui a été choisie, en 1999, par l’Assemblée générale des Nations Unies pour attirer l’attention de l’opinion publique sur les violences perpétrées quotidiennement contre des femmes.

La date est choisie en référence aux sœurs Mirabal qui furent assassinées le 25 novembre 1960, en République Dominicaine, parce qu’elles militaient pour leurs droits. Elles devinrent alors les symboles du combat pour éradiquer ce fléau qu’est la violence à l’égard des femmes.

Cette date qui commémore dans la tradition populaire le martyre d’une femme est aussi celle qui commémore le martyre actuel de femmes dans une réalité bien triste. Si, en cette journée, « tout prend racine » … C’est donc bien le moment d’enraciner, au fond de chacun, qu’aujourd’hui encore les sévices et tortures infligés par des hommes à des millions de femmes, sont bien réels.

Pour s’en convaincre voici quelques chiffres…

  • Dans le monde, 35% des femmes ont subi au moins une fois des violences physiques et/ou sexuelles de la part d’un partenaire intime, ou bien des violences sexuelles de la part d’une autre personne.
  • Les appels aux numéros d’urgence ont été multipliés par cinq dans certains pays.
  • En septembre 2020, 48 pays avaient intégré la prévention et la réponse à la violence à l’égard des femmes et des filles à leurs plans de lutte contre la COVID-19.
  • Chaque jour, 137 femmes sont tuées par un membre de leur famille.
  • Moins de 40% des femmes qui subissent des violences demandent de l’aide sous une forme ou une autre.
  • Les femmes adultes représentent près de la moitié (49 %) de toutes les victimes de trafic d’êtres humains repérées dans le monde.
  • Au moins 200 millions de femmes et de filles âgées de 15 à 49 ans ont subi des mutilations génitales féminines dans les 31 pays où se concentre cette pratique.
  • 15 millions d’adolescentes dans le monde (âgées de 15 à 19 ans) ont été forcées d’avoir des rapports sexuels.
  • La violence scolaire basée sur le genre est un obstacle majeur à la scolarisation universelle et à la réalisation du droit à l’éducation des filles.
  • Une femme sur dix, de l’Union européenne, rapporte avoir subi un harcèlement en ligne au moins une fois depuis l’âge de 15 ans.

Source : ONU

Suivez-nous aussi sur les réseaux sociaux
Violences intra-familiales

Violences intra-familiales

Depuis le début du confinement, le nombre d’appels sur la ligne d’aide aux victimes de violences a augmenté entre 25  et 30%. 

Que sont les violences intra-familiales ?

 Les violences intra-familiales ( violences conjugales et familiales ) sont des actes violents exercés entre les membres d’une même famille.

Elles ont des impacts non négligeables sur tous les membres de la famille, tant pour la victime que pour les proches qui en sont témoins et particulièrement pour les enfants.

Différentes formes de violences

Il y a les agressions physiques, les violences psychologiques et verbales, les menaces et les intimidations, les violences économiques ainsi que les violences sexuelles.

Ces différentes formes de violence (différentes des disputes de couple ou de famille) peuvent s’installer graduellement et s’intensifier dans le temps.

Elles apparaissent particulièrement lors de périodes critiques de la vie des individus.

Le cycle de la violence

Ce cycle comporte quatre phases (le but étant pour l’auteur de maintenir son emprise sur l’autre) :  le climat de tension, la crise, la justification et la lune de miel.

  • Climat de menace et d’agression. : Ces deux premières phases agissent pour prendre le contrôle du ou de la partenaire. C’est là que surviennent les violences.
  • Justification, culpabilisation et réconciliation : Ces deux autres phases agissent pour récupérer le ou la partenaire.

Dans les familles ou les couples marqués par la violence, ce cycle se marque de façon répétée et de plus en plus rapide. Plus le cycle se répète, plus la phase « lune de miel » se raccourcit pour parfois disparaître.

A chaque cycle bouclé, les victimes perdent en confiance et en estime vis-à-vis d’elles-mêmes.

Les enfants sont victimes avant tout de ce cycle, pris au milieu de leurs parents, tentant de protéger tantôt la mère, tantôt le père. Ils deviennent parfois l’instrument des tensions impliqués par les parents pour régler ou intensifier leurs conflits.

 

http://www.asblpraxis.be/violences-conjugales-familiales

Que dit la loi ?
  • Définition :

Définition de la violence intrafamiliale (COL3/2006) : Toute forme de violence physique, sexuelle, psychique ou économique entre membres d’une même famille, quel que soit leur âge.

Définition de la violence conjugale (COL4/2006) : Toute forme de violence physique, sexuelle, psychique ou économique entre les époux ou personnes cohabitantes ou ayant cohabité (même occasionnellement) et entretenant ou ayant entretenu une relation affective et sexuelle durable.

  • Législation :

La violence au sein du couple, que l’on soit marié ou non, est un fait punissable par la loi

  • La loi du 4 juillet 1989 réprimant le viol entre époux
  • La loi du 24 novembre 1997 visant à combattre les violences au sein du couple
  • La loi du 30 octobre 1998 introduisant dans le code pénal la violence psychologique et le harcèlement moral
  • L’article 327 du Code Pénal concernant les menaces d’attentat contre les personnes
  • La loi du 6 janvier 2003 permettant l’attribution du logement familial au conjoint victime
  • L’article 458 bis du Code pénal qui permet de rompre le secret professionnel en cas d’infraction sur des personnes vulnérables (par exemple, violences durant la grossesse) et en cas de violences conjugales en général (à partir du 1er mars 2013)
  • La loi du 15 mai 2012 relative à l’interdiction temporaire de résidence en cas de violence domestique (entrée en vigueur le 01/01/2013)

 

https://www.planningsfps.be/nos-dossiers-thematiques/dossier-violences-conjugales/?fbclid=IwAR1a9i-CQliX60hlWkPPyJtcd2cDM73DDEnk5EMliXNocgt74mUAnfPW3Jk

Si le confinement rime avec violence, si vous avez besoin d’une aide psychologique, si vous avez un problème à la maison, voici quelques informations :

 

  • La ligne « écoute violences conjugales »

Une permanence est assurée par des spécialistes qui travaillent avec les victimes et avec les auteurs.

du lundi au vendredi de 9 h à 19 h.

 

  • Télé-Accueil Namur-Brabant wallon

Une permanence téléphonique est assurée 24 heures sur 24 tout au long de l’année par des écoutants bénévoles .  

Ces écoutants conservent leur anonymat au téléphone et une discrétion à l’extérieur quant à cet engagement.

Secrétariat : 010/45 79 46 

ligne d’appel: 107

http://www.tele-accueil.be/pages/TANBW.htm?fbclid=IwAR0W8V9ECWCUvmyuSPvDEpgPufeafjt7p6edcjWL6qKSImKdqibfmoNJnTs

  • Aux fils de soi

Des conseillers conjugaux et familiaux à votre écoute.

Covid19 – Les Conseillers Conjugaux et Familiaux à votre écoute

https://www.facebook.com/auxfilsdesoi/

  • SOS Parents – SOS enfants

  • Les numéros d’urgence

Le 8 mars, Journée de la femme …. Non Monsieur !

Le 8 mars, Journée de la femme …. Non Monsieur !

Dites plutôt …  la journée internationale de lutte pour les Droits des femmes

En effet chaque  8 mars… la journée internationale de lutte pour les Droits des femmes nous rapelle que l’égalité homme-femme n’est pas effective. 

Le Forum économique mondial, dans son rapport de 2020 sur le Global Gender Gap, classe la Belgique en 27ème position mondiale en matière d’égalité… mais pas dans toutes les sphères de la société.

Si notre pays se classe en 4ème position en matière d’éducation, il se retrouve à la 54èm place pour les opportunités et la participation économique.

Cette situation a notamment des conséquences sur la répartition des revenus : le rapport 2019 établi par Oxfam montre qu’économiquement, les hommes détiennent  50 % de richesses de plus que les femmes.

Voici quelques chiffres qui illustrent ces inégalités :

Le salaire

  • 11%. C’est la différence moyenne entre le salaire d’une femme et celui d’un homme.
  • 15%. C’est le nombre de femmes occupant des postes dans les métiers scientifiques, mathématiques, d’ingénieures ou dans la technologie.
  • 78,9%. C’est la proportion de femmes parmi les personnes travaillant à temps partiel

La pension

En Belgique, 1 femme sur 3 touche moins de 750€/mois.

En effet Il faut savoir que sur trois personnes âgées qui touchent La Garantie de revenus aux personnes âgées1(GRAPA), deux sont des femmes. C’est lié au fait qu’une femme touche en moyenne une pension 26 % inférieure à celle d’un homme.

Ces écarts de pension entre femmes et hommes sont liés aux écarts de salaire, mais sont aussi dus à la répartition du temps de travail en hommes et femmes.

Ainsi, en Belgique, si le nombre de femmes actives sur le marché de l’emploi continue d’augmenter, 79 % des emplois à temps partiel sont occupés par des femmes, qui effectuent par ailleurs un travail non rémunéré pourtant essentiel à la société (garde malade, élever les enfants, travaux domestiques,) 

1La garantie de revenus aux personnes âgées (GRAPA) est une allocation sociale accordée aux personnes de plus de 65 ans qui ne disposent pas de ressources suffisantes.

« Une femme qui travaille une grande partie de sa vie à temps partiel percevra une pension plus faible que si elle travaille à temps plein car le travail non rémunéré n’est pas comptabilisé. Pourtant, une aidante proche fait économiser en moyenne 1197€ par mois à la société ! Cela la met dès lors dans une position de dépendance financière, durant sa carrière et surtout après sa retraite » 

Sarah Schlitz, députée fédérale écologiste.

L’orientation professionnelle

La répartition homme-femme au sein des secteurs d’activités est aussi liée au genre.

On peut identifier des professions dites « féminines » étant donné que le pourcentage de femmes du total de personnes occupées dans les professions comme sage-femme, aide de ménage à domicile, garde d’enfants, éducatrice de la petite enfance et aide-soignante à domicile est supérieur à 97 %.

D’un autre coté on peut identifier des métiers typiquement « masculin » comme mécanicien, ajusteur d’appareil électrique, pompier, réparateur en électronique, constructeur en béton armé, maçon, tôliers-chaudronnier.

Pourtant on peut quand même retrouver des femmes dans ces secteurs. En effet si aux Forges de Clabecq les femmes n’étaient pas nombreuses, à l’instar de Marie Mawet elles ont marqués leur passage.

 

https://statbel.fgov.be/fr/themes/emploi-formation/marche-du-travail/les-professions-en-belgique#news

La sphère privée

les tâches domestiques sont encore majoritairement assumées par les femmes :

En moyenne, les femmes consacrent 3h26 par jour aux tâches domestiques (ménage, courses, soins aux enfants, etc.) contre 2h pour les hommes

Ces inégalités de partage des tâches au sein du foyer ont des répercussions dans d’autres domaines :

  • Frein dans la vie professionnelle (On constate par exemple que les femmes prennent trois fois plus de congés parentaux que les hommes).
  • Essor du temps partiel féminin.
  • Faible représentation en politique ou dans les instances dirigeantes d’associations.

On retrouve ces écarts également en matière de temps libre :

Les femmes consacrent en moyenne 2h45 par jour à leurs loisirs (lecture, promenade, télévision, sport, etc.) contre 3h20 pour les hommes.

Et en politique…

En Wallonie, 2007 femmes ont été élues au niveau communal, ce qui représente 38,6% des élus. Ce pourcentage est 3,7% plus élevé qu’en 2012 où les femmes constituaient 34,9% des élus.

Aux dernières élections, 45 femmes ont été désignées Bourgmestre sur un total de 262  , ce qui représente une proportion de 17,2% de femmes bourgmestres

A Tubize 12 femmes sur 29 élus siègent au Conseil Communal. C’est chez Ecolo Tubize que la représentation de femmes est la plus importante car 100% des élus sont des élues

 

https://igvm-iefh.belgium.be/fr/activites/politique/analyse

Ces quelques données mettent en évidence une réalité.

les inégalités entre les femmes et les hommes ne sont pas limitées à l’un ou l’autre domaine de la société. Si, pris globalement, nos résultats en termes d’égalité de genre s’améliorent, les écarts entre les femmes et les hommes se réduisent en outre plus lentement que dans d’autres pays européens.

Journée des droits des femmes : Que peut faire une commune ?

Journée des droits des femmes : Que peut faire une commune ?

Alors, qu’habituellement, l’inégalité entre les femmes et les hommes est un sujet de dimension nationale propice au débat d’idées.

Mais que faire de cette problématique au niveau local.

Les communes, comme tout lieu de pouvoir, a un rôle à jouer dans l’égalité des sexes.  En tant qu’employeuses, en tant que pouvoir organisateur d’écoles, de crèches, de structures d’accueil extra-scolaire, de services aux familles, d’équipements sportifs, de centres culturels, mais aussi en tant que responsables de matières comme la sécurité, le logement, la lutte contre la pauvreté.  Et, bien sûr, en tant que premier échelon de citoyenneté et de démocratie.

La ville employeuse

La ville emploie toute une série de personnes: agent-e-s administratives/tifs,accueillant-e-s d’enfants, ouvrières/ers, etc. À ce titre, comme toutes/tous les employeuses/eurs, nous avons un rôle éminent à jouer en matière de lutte contre les inégalités salariales, contre les inégalités engendrées par le travail à temps partiel et en faveur de la mixité dans tous les secteurs professionnels et à tous les échelons de pouvoir.

Accueil des enfants

Dans le contexte actuel de paupérisation et de mise à mal des budgets publics, il nous semble essentiel de réaffirmer l’importance des services publics dans une politique globale de lutte contre toutes les formes de discriminations. Les services aux familles sont particulièrement nécessaires pour les publics les plus fragilisés, parmi lesquels les femmes sont surreprésentées. L’accueil des enfants de 0 à 3 ans est une priorité pour Tubize. Le taux de couverture des crèches doit continuer d’augmenter.  Des efforts ont été fait et il faut continuer dans ce sens là.  Une attention particulière doit aussi être apportée aux familles monoparentales. Outre les situations de pauvreté qui les caractérisent souvent, ces familles sont confrontées à de nombreuses difficultés quotidiennes d’ordre pratique.

Lutte contre les stéréotypes

Des centaines d’enfants sont accueillis chaque année dans les différentes structures scolaires et d’accueil gérées par la Ville. Nous avons une véritable responsabilité en matière de lutte contre les stéréotypes et les discriminations dès le plus jeune âge,  Pour ce faire, il est primordial de sensibiliser et d’outiller au mieux le personnel éducatif.

La lutte contre l’exclusion sociale

Conséquence directe de la précarité, l’exclusion sociale n’est pas un choix. Elle résulte souvent de la perte d’un emploi, d’un problème familial ou de santé, d’un surendettement ou d’une arrivée récente sur le sol belge. Elle se traduit par une pauvreté et un isolement croissants. Afin de lutter contre cette exclusion sociale, priorité doit être donnée à la prévention. De manière générale, toute action visant la lutte contre la précarité et améliorant l’accès au logement et au marché du travail doit être renforcée.

Les espaces publics

Au niveau de l’espace public, le sentiment d’insécurité vécu par les femmes dans les rues est encore bien réel. Les faits de harcèlement de rue, d’agressions verbales, physiques ou encore de vols à l’arraché concernent bien souvent, voire principalement, les femmes. Nous avons un rôle essentiel à jouer dans ce domaine, en appliquant le gender mainstreaming de manière transversale à toutes nos réflexions. Par exemple au niveau de l’aménagement de l’espace, aux éclairages publics, à l’emplacement des arrêts de transports en commun,…. Nous proposerons des marches exploratoires avec des femmes pour cibler les points noirs dans notre ville.

Sécurité

Il sera toujours nécessaire de sensibiliser les policières/ers à diverses thématiques, telles que la lutte contre l’homophobie, le sexisme ainsi que l’accueil et la prise en charge de faits de violences. Seule une formation adéquate peut permettre d’optimaliser la prise en charge de ces faits très spécifiques, tant au niveau de l’accueil et de l’accompagnement des victimes, que du suivi des auteurs.

De nombreuses associations de terrain peuvent aider sur cette problématique, nous serons toujours à leur écoute.