Monsieur Flahaux (Député fédéral MR) se joint à nous pour améliorer la gare de Tubize

Monsieur Flahaux (Député fédéral MR) se joint à nous pour améliorer la gare de Tubize

Monsieur Flahaux se joint à l’interpellation des députés Cheron et Crusnière.  Voici le contenu que monsieur Flahaux a voulu partager avec nous.  La question a été déposée trop tard pour qu’elle puisse être débattue en commission, mais dans un objectif rassembleur pour améliorer la gare.  Ecolo Tubize souhaitait partager ce soutien.

Question orale de Monsieur le député Jean-Jacques FLAHAUX à Monsieur François BELLOT, Ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la SNCB, concernant la fermeture des guichets en gare de Tubize.

Monsieur le Ministre,

Avec plus de 3 500 navetteurs quotidiens et plus de 400 personnes qui achètent tous les jours des tickets, Tubize est une gare importante sur l’axe Mons-Bruxelles, non seulement pour les habitants de la commune mais aussi pour les navetteurs des communes voisines. Ainsi, beaucoup d’habitants d’Hennuyères vont prendre le train à Tubize, plus proche de Bruxelles, où s’arrêtent plus de trains, même s’il y a en moins qu’à Braine-le-Comte et où la ville a augmenté le nombre de places de parking, non payantes de surcroit, afin de lever le frein du stationnement à l’utilisation de la gare.

La gare de Tubize est pourtant loin d’être avantagée, avec, mais il est vrai que ce n’est pas une singularité, avec de nombreux retards ou trains supprimés.

Aujourd’hui la direction de la SNCB envisage la fermeture des guichets pour des raisons économiques. Ici il n’est pas question de fermer la gare mais d’adapter l’offre de service à des chiffres de transactions commerciales à la baisse.

Certains avancent comme raison à cette diminution des achats de billets, la diminution des services qui comme un cercle vicieux se trouvent de moins en moins sollicités. Ils soulignent aussi la nécessité de maintenir des guichets, tout le monde, les personnes âgées notamment, n’ayant pas un smartphone connecté en permanence sur le net”.

La SNCB annonce d’ailleurs qu’ils ne fermeront pas complètement mais seront ouverts à des heures bien précises pour quelques renseignements.

Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous indiquer l’évolution du nombre d’achat de billets au départ de Tubize faits au guichet, en ligne, par automate ?

Pouvez-vous nous rappeler l’utilisation minimum des guichets permettant à la SNCB de ne pas être confrontée à un coût excessif de leur maintien en activité?

La diminution de cet usage des guichets est-il du à une baisse de l’offre de service, ou la baisse de l’offre de service correspond-elle à une baisse de l’usage de la vente physique des billets ?

Pouvez-vous nous renseigner sur l’évolution des missions que les guichetiers vont être amenés à mener au sein de l’entreprise ?

Garantissez-vous un maintien satisfaisant de l’ouverture de la gare et de ces guichets, permettant aux clients les moins au fait de l’évolution des technologies de se munir d’un titre de transport valide en gare de Tubize, et bien au-delà dans toutes les gares qui se trouvent confrontées aux changements de pratiques d’achat de leurs clients consécutifs à la révolution technologique des nouveaux outils de communication et d’échanges ?

Je vous remercie par avance, monsieur le Ministre, de votre réponse.

Jean-Jacques FLAHAUX

Député Fédéral

Communiqué de presse suite à l’intervention en commission de Marcel Cheron

Communiqué de presse suite à l’intervention en commission de Marcel Cheron

Marcel Cheron et Stéphane Crusnière, ensemble pour les navetteurs de Tubize

Ce mercredi, Marcel Cheron (Ecolo) et Stéphane Crusnière (PS), ont posé tous deux une question au ministre Bellot sur la fermeture annoncée du guichet de la gare de Tubize. Les deux députés s’associent pour demander à la SNCB de revenir sur cette décision et de ne plus traiter la gare de Tubize comme une gare de seconde zone.

 En effet, qu’il s’agisse des cadences mal réparties, de l’état de la gare, des parkings, du manque de trains, de la vitesse commerciale et, surtout de la ponctualité, tous les indicateurs sont au rouge. Les navetteurs de la région de Tubize étaient déjà à bout de souffle avant l’annonce de la fermeture du guichet. Pourtant, cette gare se trouve dans un bassin de vie peu desservi par les transports en commun, et appelé à voir sa population croitre considérablement dans les années à venir.

Marcel Cheron et Stéphane Crusnière ont donc demandé au ministre de faire pression sur la SNCB pour revenir sur cette décision. Dans sa réponse, François Bellot précise qu’il s’agit d’une fermeture partielle du guichet, la SNCB faisant évoluer annuellement les heures d’ouverture des guichets selon leur fréquentation. Il précise également qu’un moratoire empêche la SNCB de procéder à des fermetures complètes de guichets avant 2020.

Marcel Cheron et Stéphane Crusnière ont répliqué en pointant qu’une fermeture, même partielle, restait une fermeture. Et qu’il est souvent impossible de faire marche arrière une fois que la SNCB ferme, même partiellement, un guichet. Pour Marcel Cheron, « il n’est pas normal de figer une situation sur base du nombre d’usagers actuels, alors que la population de Tubize et de l’Ouest du Brabant wallon croît fortement. L’évaluation du taux de service doit se faire sur une base pluriannuelle et plus au coup par coup ». Et Stéphane Crusnière de surrenchérir : « contrairement à ce que vous dites, aucune réunion d’information n’a été tenue avec les autorités communales. Les guichets ont aussi une mission d’information et de service public. Je demande que cette décision soit reconsidérée et que les guichets restent ouverts en permanence ».

Fermeture des guichets, ponctualité catastrophique, temps de parcours allongés, manque de places assises… Les deux députés demandent à la SNCB de respecter les voyageurs tubiziens et d’améliorer la situation globale de cette gare au plus vite. Ils continueront à suivre très attentivement l’évolution de ce dossier.

Stéphane Crusnière – PS

Marcel Cheron – Ecolo

http://www.lavenir.net/cnt/dmf20170126_00950447/comme-une-gare-de-seconde-zone

http://www.tvcom.be/article/info/sociye-tye-/tubize-deux-deputes-contre-la-fermeture-des-guichets-a-la-gare_19091_89.html

Interpellation complète du ministre Bellot

Interpellation complète du ministre Bellot

Questions jointes de – M. Marcel Cheron au ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la Société Nationale des Chemins de fer belges, sur “la fermeture des guichets de la gare de Tubize” (n° 16004) – M. Stéphane Crusnière au ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la Société Nationale des Chemins de fer belges, sur “l’annonce de la suppression du guichet de la gare de Tubize” (n° 16110) 08 Samengevoegde vragen van – de heer Marcel Cheron aan de minister van Mobiliteit, belast met Belgocontrol en de Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen, over “de sluiting van de loketten van het station Tubeke” (nr. 16004) – de heer Stéphane Crusnière aan de minister van Mobiliteit, belast met Belgocontrol en de Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen, over “de aankondiging van de sluiting van het loket in het station Tubeke”

Marcel Cheron (Ecolo-Groen):

Monsieur le ministre, je vous interrogeais ici, il y a quelques semaines, sur l’avenir de la gare de Tubize. Qu’il s’agisse des cadences mal réparties, de l’état de la gare, des parkings, du manque de trains, de la vitesse commerciale et, surtout, en particulier à cette époque, de la ponctualité, il semblerait que les chiffres définitifs de l’année 2016 ne soient pas brillants. Plus globalement, tous les indicateurs sont au rouge. Les navetteurs de la région de Tubize étaient déjà à bout de souffle. J’insistais à l’époque sur le niveau de service déplorable de cette gare, pourtant centrale dans un bassin de vie peu desservi par les transports en commun et appelé à voir sa population croître assez fortement dans les années qui viennent. Pourtant, monsieur le ministre, au-delà de cet état qui est déjà insatisfaisant, un nouveau coup pourrait être porté aux usagers ferroviaires de Tubize. En effet, la presse nous a rapporté, il y a quelques temps, la fermeture annoncée des guichets de la gare, au moins pour une grande partie de la journée. Si cette information est confirmée, elle me paraît inadmissible. Nous avons eu dans cette commission un débat, la semaine dernière, je pense, sur une résolution de la N-VA à propos d’une alternative aux guichets pour la vente de tickets. J’ai expliqué combien il était pervers de déjà considérer que ce n’était plus au service public de vendre dans les guichets mêmes de la gare, des tickets pour prendre le train. J’en ai ici l’explicitation et la démonstration. Depuis 2013, 33 guichets ont déjà été fermés dans des gares wallonnes. C’est du service en moins pour les usagers: difficulté de renouvellement des abonnements, plus de recherche du meilleur tarif, insécurité, et bientôt probablement, fermeture pure et simple de la salle d’attente. Avec cette mesure, combinée aux problèmes liés aux pannes d’automates et à l’application automatique du tarif à bord -nouveau système -, on se demande si la SNCB ne cherche tout simplement pas à faire fuir les voyageurs. Alors que la population de l’ouest du Brabant wallon va exploser, la gare de Tubize draine déjà plus de voyageurs que celles de Dinant, Deinze, Schaerbeek, et autant que celle d’Arlon! Ses nombreux voyageurs méritent une gare de premier plan, avec un niveau de service à la hauteur. Ce qui est loin d’être le cas, aujourd’hui.   Monsieur le ministre, voici une question très simple, confirmez-vous cette fermeture par la SNCB, à certaines heures, du guichet de la gare de Tubize? Quelles sont les autres gares menacées d’une fermeture des guichets dans les deux prochaines années?

Stéphane Crusnière (PS):

Monsieur le président, monsieur le ministre, comme mon collègue, au même moment d’ailleurs, peu avant les vacances, je vous ai interrogé sur la gare de Tubize et les services qui y sont proposés pour les usagers. Lors de ma dernière intervention, je vous avais fait part de mon inquiétude quant à l’offre insuffisante face à la hausse continue du nombre des usagers que mon collègue vient également d’indiquer. Vous aviez alors été assez rassurant disant que vous alliez tout mettre en œuvre pour améliorer les services proposés aux voyageurs. On s’en était réjoui. Malheureusement, nous avons très vite déchanté en ce début d’année. En effet, la première mesure en vue d’améliorer les services proposés consiste à fermer les guichets de cette gare de Tubize. Monsieur le ministre, confirmez-vous cette information? Si oui, c’est vraiment quelque chose de regrettable. Ce n’est pas anodin, étant donné que 3 500 voyageurs prennent quotidiennement le train à Tubize. Il ne s’agit donc pas d’une gare de seconde zone. Monsieur le ministre, ma question est donc identique à celle de mon collègue. Confirmez-vous cette fermeture? Pouvez-vous nous communiquer les motivations qui vous ont poussé, qui ont poussé les services à faire ce choix?

François Bellot, ministre:

Monsieur le président, chers collègues, je signale tout d’abord qu’il s’agit d’une entreprise publique autonome et non pas d’un service d’État. Ce n’est donc pas le ministre qui décide d’ouvrir ou de fermer des guichets. Il faut que les choses soient claires. La fermeture complète de la fonction de guichet de la gare de Tubize n’est pas prévue. La SNCB m’informe qu’elle a décrété un moratoire jusqu’en 2020 en ce qui concerne la fermeture complète des fonctions de guichet dans les gares. La SNCB précise qu’elle fait toutefois évoluer, chaque année, les heures d’ouverture de plusieurs gares si les volumes des ventes et les taux d’activité des guichets ont diminué dans une mesure telle qu’une prestation de services n’est plus justifiable. Chaque proposition d’adaptation des heures d’ouverture doit être évaluée non seulement sous la perspective de la gare concernée, mais aussi sous une perspective géographique plus large: Régions, provinces, potentiel, lignes ferroviaires, etc. J’ai récemment rappelé à la SNCB que toute réduction des heures d’ouverture d’un guichet ne pourrait se faire que si une solution avait été trouvée pour garantir l’accès à la salle d’attente et après avoir informé les autorités communales. Ceci sera également repris dans le futur contrat de gestion. Par ailleurs j’ai demandé à la SNCB d’envisager la révision des heures d’ouverture des guichets, annuellement et plus au coup par coup, ni au gré des demandes des services de la SNCB tout au cours de l’année.

Marcel Cheron (Ecolo-Groen):

Je remercie le ministre. Tout d’abord, point zéro pour son rappel de ce qu’est une entreprise publique autonome. C’est toujours bien d’entendre les choses, même quand on les connaît. Point un: je n’arrête pas de parler du contrat de gestion, mais comme il ne vient pas, on est obligés de vous poser des questions. On s’est donc permis de le faire. Par votre réponse, j’ai bien compris que vous étiez en contact avec la SNCB, que je ne peux pas interroger directement, bien que cela me plairait: recevoir Mme Dutordoir serait un vrai bonheur. Mais en attendant, je prends note de votre réponse, et j’ai bien compris que vous avez parlé de “fermeture complète qui n’aurait pas lieu”, ce qui signifie que des fermetures incomplètes auront lieu. C’est comme cela que je comprends vos propos. J’ai un esprit un peu paysan, un peu simple. Point deux: j’ai quand même noté votre ouverture concernant une prise en compte plus intelligente et annuelle. Mais, si l’on veut réaliser un vrai travail volontariste et dynamique en termes de transport en commun, cela doit être pluriannuel. On a un bassin de vie. Je ne connais pas l’avenir de Tubize, mais comme mon collègue, j’espère que l’avenir de cette région sera meilleur. Cette région du Brabant wallon a été touchée: les forges de Clabecq, des problèmes industriels, d’emploi, etc. mais nous sommes dans la tentative d’instaurer une nouvelle dynamique, et dans l’attente. En effet, les chiffres démographiques annoncés dans cette région, monsieur le ministre, comme on pourra le dire à la SNCB, sont importants. La population croît. Il ne faudrait pas figer la situation en fonction du nombre d’usagers actuels. Au jour le jour ou mois par mois, ou même sur une année, l’attractivité que devrait avoir le transport en commun dans une zone, monsieur le ministre, qui est en plus tournée vers Bruxelles, est à prendre en compte. Je ne vais pas le redire ici, mais on sait combien les embouteillages et le trafic routier ont cessé d’être une alternative aujourd’hui. C’est par le transport en commun structurant qu’est la SNCB que passe la solution. Nous avons la gare de Tubize. Sur la base des chiffres actuels, mais surtout de ceux qui sont attendus, la tendance est positive. Il nous paraît important de prendre cela en compte avant de prendre des décisions contre-productives qui détournent les gens du train et rendent la mobilité encore plus immobile.

Stéphane Crusnière (PS):

Monsieur le président, je remercie M. le ministre pour sa réponse. Plusieurs choses dans celle-ci: la première, j’en prends acte, ce n’est pas une fermeture complète – cela, j’avais déjà pu le comprendre d’après les informations que j’en avais; la seconde, c’est que cela signifie une fermeture partielle. Ce qui veut dire, a contrario, une ouverture qui peut varier d’une heure à quelques heures. Nous n’avons pas d’information à ce sujet. Vous dites que cette fermeture partielle doit être faite sous deux conditions: que l’accès à la salle d’attente soit garanti et que le Collège en soit informé. Pour bien connaître le bourgmestre de Tubize, je peux vous dire qu’aucune réunion d’information n’a été tenue avec les autorités communales. Il ne faut pas oublier que la SNCB est avant tout un service public. Il n’y a pas que la délivrance de tickets. Je signale incidemment que 400 personnes sur 3 500 en achètent quotidiennement à la gare de Tubize. Ce n’est pas anodin. Parmi les rôles de service public que doit rencontrer la SNCB, l’information est aussi parfois utile et nécessaire. J’insiste, tout comme mon collègue à propos du développement futur de la gare de Tubize, pour que cette décision soit reconsidérée et que les guichets demeurent ouverts en permanence, comme auparavant.

 

https://www.lachambre.be/doc/CCRI/pdf/54/ic576.pdf

Impact d’une gare dans une ville

Impact d’une gare dans une ville

Pourquoi la gare de Tubize pourrait être bénéfique pour les entreprises, les commerçants et tous les tubiziens non navetteurs.  Avec l’amélioration de la gare, on peut attirer de nouvelles entreprises, des nouveaux jobs et une attractivité pour les commerçants, tout en améliorant le sentiment de sécurité.

Impact économique

On le sait la mobilité dans et autour de Bruxelles devient une difficulté majeure.  Les entreprises perdent plus d’un demi milliard par an suite au embouteillage.  Beaucoup d’entreprises recherchent à se déployer hors de Bruxelles.  Tubize à un rôle à jouer pour capter ces entreprises.  Mais cela passera par une meilleure mobilité et une gare joue un rôle central au sein de la mobilité.  Les entreprises n’accepteront pas d’avoir les mêmes problèmes de mobilité en dehors de Bruxelles.  Avoir une gare efficace rentre dans un plan de relance économique de toute la région.

Un environnement urbain de haute qualité  

Tubize est en transition urbaine.  Un environnement urbain de haute qualité est déterminant pour la qualité de vie des citoyens et pour le choix du lieu d’implantation des entreprises. Or, les transports publics ont un impact majeur sur la qualité de l’environnement urbain, notamment – et surtout – parce qu’ils permettent de réduire le nombre de véhicules présents sur les routes, et donc la pollution sonore, les embouteillages, les risques et la perte d’espace qu’engendrent ces véhicules.

inclusion sociale et renforcement de l’activité économique  

Les projets de transport présentent également des avantages indirects pour les villages, en les reliant à des centres d’emploi, en donnant accès aux soins de santé et à d’autres services essentiels tels que l’éducation. Une extension relativement limitée du réseau de transport peut avoir un impact majeur sur les opportunités et les choix dont bénéficient les habitants des différents villages.

Un système de transport plus fiable  

Les particuliers comme les entreprises apprécient la fiabilité. Les transports publics peuvent offrir des degrés de fiabilité que la voiture privée n’est pas en mesure d’égaler.  Ce qui est le contraire pour le moment pour les tubiziens, et pour tous les habitants du Brabant Wallon. Les entreprises et les navetteurs dépendent de ce haut degré de fiabilité des transports en commun pour rentabiliser au mieux leur temps précieux : les villes qui dépendent de la voiture voient une part considérable de leur potentiel économique perdu dans les déplacements routiers.

Soutien à la croissance démographique  

La population tubizienne est en expansion, la demande de logements est en augmentation et la taille des foyers diminue. La planification intégrée de l’habitat et des transports permet ce développement de manière durable. Avant l’aménagement de quartiers d’habitation, il est dès lors tout indiqué de s’assurer de la mise en place d’un réseau de transport public efficace en particulier lorsque la zone est peu ou pas accessible.

Sécurité renforcée  

De nombreux projets en matière de transports publics contribuent à renforcer la sécurité (réelle et perçue) et participent à la réduction de la criminalité et du sentiment d’insécurité.  Une gare à l’abandon renforcera ce sentiment d’insécurité.  A l’opposé une gare vivante et réinvestit permet un déploiement d’une meilleure sécurité pour les commerçants et pour les passants.

http://www.uitp.org/sites/default/files/cck-focus-papers-files/02%20%2Bvaluer%20les%20avantages%20des%20transports%20publics.pdf

Encore un coup dur pour la gare de Tubize

Encore un coup dur pour la gare de Tubize

Encore un coup dur pour la gare de Tubize et ses navetteurs : L’annonce de la fermeture des guichets de la gare.La SNCB se moque une fois de plus des voyageurs en considérant Tubize comme une ville et une gare de seconde zone.

Il n’est pas suffisant pour la SNCB d’avoir diminué les fréquences des trains.Il n’est pas suffisant pour la SNCB que les lignes qui passent par Tubize soient les pires en terme de ponctualité, il n’est pas suffisant pour la SNCB de laisser pourrir la gare. La SNCB entend maintenant fermer le guichet et réduire encore le service aux voyageurs.

Ceci est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Sous la pression budgétaire de ce gouvernement, la SNCB met de côté ses missions de service public. Mais les Tubiziens ne se laisseront pas faire !

Pour Sabine Desmedt, échevine Ecolo à Tubize, « en terme de nombre de voyageurs, la gare de Tubize est équivalente à des gares comme Arlon, Dinant, Deinze, Schaerbeek,… Nous voulons un peu plus de respect. La SNCB ferme les guichets, et vous verrez que dans quelques mois, elle fermera la salle d’attente pour des raisons de sécurité, comme ça s’est déjà fait ailleurs. C’est tout bonnement inacceptable. Les voyageurs ne se laisseront pas faire et nous allons mener des actions pour que ce non-respect cesse ».

Marcel Cheron, député fédéral Ecolo, complète : “la SNCB, ce n’est pas qu’une entreprise commerciale, c’est aussi un service public. Tubize est une gare importante en termes de nombre de voyageurs, pourtant elle est traitée comme une gare de seconde zone. Ses nombreux voyageurs méritent mieux ! J’interpellerai encore une fois le ministre Bellot ce mercredi à la Chambre sur le sort qu’il réserve à la gare de Tubize”.

Ecolo Tubize entend faire reprendre raison à la SNCB, et fait de ce dossier une priorité. Nous travaillerons, avec les navetteurs de l’Ouest du Brabant wallon, à améliorer le sort de la gare par tous les moyens dont nous disposons.

https://www.youtube.com/watch?v=kRSAI9Ypgl0

http://www.tvcom.be/article/info/societe/les-guichets-de-la-gare-de-tubize-supprimes-_19029_89.html

http://www.dhnet.be/regions/brabant/tubize-ecolo-veut-plus-de-respect-pour-la-gare-5880e718cd70ff671dc6bc47