Les communes en recours contre la décision de garder les lignes à haute tension aérienne à Oisquercq

Les communes en recours contre la décision de garder les lignes à haute tension aérienne à Oisquercq

Nous nous trouvons devant le dilemme de décider pour au minimum les 60 ans à venir pour une nouvelle ligne HT aérienne et d’une nouvelle ligne HT souterraine.  C’est-à-dire de conserver pendant les 60 ans à venir une présence visible et impactante pour les riverains d’une ligne aérienne ou de choisir une ligne souterraine qui laisse en phase d’exploitation un environnement intact et plus sain.

Les délégués à la Région Wallonne ont décidé d’octroyer le permis pour une ligne aérienne sur base d’une étude d’Elia.  Depuis le début, les communes (Tubize, Ittre, Nivelles, Seneffe et Courcelles)  impactées via la voix de ces conseillers ou échevins Ecolo contestent cette étude.

L’Etude d’incidence environnementale met en évidence de nombreuses « nuisances » du projet aérien.

  • Ecart par rapport aux recommandations du Schéma de développement du territoire :  En voulant remplacer la ligne à haute tension (2×150 kV) en lieu et place (et donc en conservant notamment le surplomb de zone d’habitat), le projet ne s’inscrit pas entièrement dans la philosophie du SDT
  • Nuisance visuelle et paysage :L’implantation d’une ligne électrique et plus particulièrement de pylônes à proximité d’habitations peut engendrer pour les riverains proches un inconfort visuel lié au sentiment de dominance de la ligne et de ses pylônes.  La ligne électrique traverse majoritairement des zones non-urbanisables au plan de secteur (21,7 km) contre 1,5 km en zones urbanisables. Cependant, la présence paysagère de la ligne est d’autant plus marquée qu’elle est proche de lieux de vie. Plusieurs zones d’habitat et habitations en zones non-urbanisables sont surplombées par la ligne électrique.  Les incidences paysagères de la ligne électrique depuis les habitations découlent plus souvent de la proximité des pylônes qui peuvent engendrer un inconfort visuel résultant du fait que l’observateur doit lever ses yeux pour percevoir le pylône dans son entièreté. Plusieurs situations d’inconfort visuel ont été identifiées,celles-ci sont généralement localisées à moins de 100 m de la ligne et des pylônes.  La pose d’une liaison électrique souterraine, principalement en voirie (ou assimilé), marque un avantage notable par rapport au projet de renouvellement de la ligne aérienne.  Par ailleurs, le démontage de la ligne électrique existante apporterait une amélioration significative de la qualité paysagère de l’environnement dans lequel elle prend place.marque un avantage notable par rapport au projet de renouvellement de la ligne aérienne
  • Nuisance sonore :  Ce bruit est généré par le vent au contact des différents composants des champs électriques et magnétiques.  Le bruit pourrait donc être perceptible pour quelques habitations situées dans des espaces dégagés et à proximité de la ligne.
  • L’effet couronne: Le champ électrique présent à la surface des conducteurs génère dans l’air ambiant des micro-décharges électriques. Concrètement, chacune d’entre elles produit un petit claquement comparable à celui des décharges électrostatiques. Dans le cas des lignes à très haute tension, comme le champ électrique varie à la fréquence de 50 Hz, il peut se produire un tel claquement 100 fois par seconde (puisque le champ passe 2 fois par un maxima pour chaque oscillation).  C’est leur grand nombre sur toute la longueur des câbles et leur répétition dans le temps qui explique le grésillement/crépitement caractéristique.  Dans le cas présent, la ligne étant prévue en 150kV, il est donc très peu probable que l’effet couronne apparaisse.  Notons cependant que le grésillement est perceptible pour la ligne actuelle dans certaines conditions atmosphériques.
  • Champs magnétique : Dans le cas présent, dans la mesure où la ligne à haute tension surplombe et passe à côté de zones habitées, il est recommandé d’opter pour une ligne transposée. Pour une ligne souterraine le champ magnétique décroît très rapidement. Ainsi à 10 mètres de distance de l’axe du câble souterrain,le champ est déjà insignifiant. Alors qu’il faut une trentaine de mètre de part et d’autre de la ligne aérienne pour obtenir des valeurs insignifiantes.
  • Champs électrique : En ce qui concerne les champs électriques, l’alternative n’aura aucune incidence. En effet, dans le cas d’une liaison souterraine, l’entièreté du champ électrique est contenu à l’intérieur des câbles par la gaine métallique qui entoure les conducteurs. Sur ce point, l’alternative marque donc un avantage notable.
  • Contexte climatologique et météorologique:  L’EIE mentionne le contexte climatologique et météorologique général sur la ligne aérienne mais ne mentionne pas les cas exceptionnels de vents tempétueux comme cela s’est produit sur cette ligne en 2016 (6 pylônes endommagés et ligne coupée)
  • Incidences sur les activités agricoles et forestièresLa présence d’une ligne aérienne induira en phase d’exploitation une difficulté d’utilisation des nouvelles technologies pour les agriculteurs (GPS, drones…) à cause des perturbations de signaux et la limitation d’utilisation de drones aux abords de la ligne aérienne.  La réalisation de la ligne souterraine nécessitera l’abattage d’arbres sur le trajet retenu. Notons que les arbres présents le long des berges et chemins de halage du Canal ne sont pas de très grands intérêts botaniques et peuvent être compensés par la plantation de haies le long du trajet. La ligne aérienne a nécessité lors de son installation la réalisation de coupe des arbres dans les bois et forêts survolés par la ligne et donc aussi le maintien de ces « trouées forestières ».
  • La durée du chantier de mise en œuvre pour la ligne aérienne est de 3ans par période de 8 mois.  La période de chantier pour la ligne souterraine est limitée à 4 à 6 semaines par tronçon de 1km. Des chantiers parallèles peuvent être menés à différents endroits pour réduire le temps global du chantier.

Au vu des éléments étudiés dans cette étude, il apparaît clairement que le projet souterrain présente une évolution environnementale non négligeable par rapport à l’aérien en oubliant pas que l’exploitation de la ligne HT est prévue pour 60 ans.  C’est pour cela que les communes ont décidé d’introduire un recours auprès du ministre.

Résumé de la présentation du contournement Nord de Tubize

Résumé de la présentation du contournement Nord de Tubize

Ce mardi était présenté aux tubiziens l’avant projet de contournement nord.  Cette présentation se faisait dans le cadre de l’étude d’incidence.  C’est à dire que la présentation était un avant projet et qu’il pourrait être modifié en fonction des remarques de la population.  Voici les éléments essentiels de cette soirée très intéressante déjà par la présence de 400 citoyens, une présentation claire et un échange avec la salle très bien mené.

Le projet 

Il s’agit d’une route à deux bandes, une dans chaque sens (3.5M de large) qui part du pont de Clabecq, rive droite, qui passe à l’Est du Vraimont (centre de traitement des boues du canal), qui traverse ensuite en trois ouvrages d’art différent : le canal, la senne et la ligne de chemin de fer, qui arrive au rond-point à la N6 en dessous du TGV  avec un rond point dédoublé), qui passe à gauche du complexe de l’Union belge pour aboutir à un rond point à construire pour le zoning Saintes2.

A l’entrée, au pont de Clabecq, un double feu rouge « synchronisé » ( et pas de rond point !) afin de favoriser le fait d’utiliser le contournement et de ne pas traverser Tubize.

Le but, désengorger le centre de Tubize au niveau de la circulation routière, il est vrai très dense à certains moments. Cette route enlèverait 30% de véhicules rue de Clabecq, 10% Chée de Mons et 25% chée d’Hondzocht.

Un budget de 11M prévu par le SPW. Longueur de 3.9km. Vitesse de circulation prévue : entre 50 et 90 selon l’endroit.

Nous nous trouvons dans le cadre de la séance d’information à l’étude d’incidence. Les habitants peuvent exprimer leurs attentes et avis dans les 15 jours en envoyant leurs remarques au Collège Communal de Tubize, grand place 1 à 1480 Tubize.

La réalisation démarrera au plus tôt en 2019, avec un chantier de 2 ans.

Les remarques exprimées par la population :

  • Pourquoi ne pas passer par la rive gauche à travers la zone industrielle ? Réponse du SPW :  trop compliqué techniquement.
  • Pourquoi ne pas être novateur : au niveau de l’éclairage et en permettant la production d’énergie à partir de la circulation des véhicules sur la bande de circulation. (CO2, climat) Réponse du SPW : Les techniques ne sont pas encore assez mûr et trop coûteux.  Il n’y a pas d’éclairage prévu.
  • Pourquoi ne pas longer plus le canal et ainsi éviter de couper des champs ? Réponse du SPW : On ne peut pas couper le Centre du Vraimont et il y a des normes pour les courbures de route pour arriver tout droit pour traverser le canal. 
  • Pourquoi ne pas élargir le chemin de remembrement qui part du TGV et qui abouti près du site « de la briqueterie». Réponse du SPW : Nous nous trouvons là en Flandre , il n’y a pas d’accord politique !
  • Les agriculteurs n’ont pas été concertés, ni associés !!!! Ils ont retrouvé des géomètres dans leur champ sans avertissement.
  • Pourquoi ne pas favoriser l’intégration de la route dans la Zone d’enfouissement du Vraimont.  Réponse du SPW : Le site est toujours actif et ont un permis d’exploitation.
  • Mesures concernant les risques d’inondations :Une ZIT sera installée à l’est du Vraimont et deux bassins «  d’orages » sont également prévus sur le circuit. (SOS Inondations Tubize semblait satisfait).
  • Les Cyclistes : semblaient globalement satisfaits en faisant remarquer le blocage temporaire actuel du RAVEL côté Vraimont.
  • Préoccupation de « l’habillage » en terme d’arbres plantations.
  • Préoccupations en terme d’écrans antibruit.
  • Le lien entre la zone Sofinpro et le contournement, entre la ville et le canal ??? Réponse : pas encore prêt.

Et le contournement sud ??? Plusieurs réactions : Michel Januth (bourgmestre de Tubize) : le contournement Nord est une est une première étape, Mr Jadot (SPW) : le plan n’est pas enterré, n’est pas à l’ordre du jour, pas de budget prévu, nous faisons nos rapports,..Dimitri Legasse (bourgmestre de Rebecq) : pas de subsides européen, pas à l’ordre du jour.  Une partie de contournement « sud » serait envisagé entre l’A8 et la N6 au niveau de Quenast

  • Les futurs développements de Tubize (site des Forges) et son accroissement de maisons, d’habitants, de voitures, est il intégré ? Réponse : oui, le Master Plan est d’ailleurs mis en suspend en attendant ce contournement nord (Michel Januth)

 Voici une partie des questions qui ont été posé.  Nous invitons chaque citoyen à faire parvenir leur remarque au collège communal.

Les éléments à creuser pour Ecolo :

  • Le peu de considération des agriculteurs dans le traitement du dossier : pas de contacts préalables, pas prévenus de la visite des géomètres,…
  • La question de la traversée du Vraimont : annoncée comme impossible, qu’en est-il vraiment, utilisation réelle?, besoins futurs? On sentait bien que le SPW n’avait pas creusé le sujet bien loin.
  • La question du double feu rouge à Clabecq : Pas certains de l’efficacité du système.
  • Le blocage avec la Flandre : les Bourgmestres de l’ouest pourrait prendre l’initiative de rencontrer les bourgmestres flamands dans le cadre du KunstenBo(i)s des arts et vérifier la faisabilité de l’adaptation du Chemin de remembrement.
  • Quid aussi des feux de Halle et du risque de détournement du trafic ?

http://www.tvcom.be/video/info/mobilitye-/voici-l-avant-projet-de-contournement-nord-de-tubize_21266_89.html

Historique du contournement de Tubize

Historique du contournement de Tubize

On en parle depuis bien longtemps.  Va-t-il enfin voir le jour ?  Rendez vous ce mardi 23 janvier à 19h30 au centre culturel pour une séance de présentation de ce contournement.

Le contournement de Tubize est dans les cartons de l’Etat depuis bien longtemps, il fût abandonné une première fois en 1965 au détriment de la route express de Haut-Ittre.  Le ring est de Bruxelles se termine d’ailleurs de manière abrupte et «provisoire» à Haut-Ittre. La route express devait se prolonger à travers Ittre, Braine-le-Château et Tubize pour rejoindre l’autoroute A 8 (Bruxelles-Tournai) à Quenast, au bout de 18 kilomètres.  Ce projet a été rejeté massivement par la population Ittroise, par un référendum communal en vue du maintien du caractère villageois de cette commune.

Plusieurs tentatives de relancer le projet ont eu lieu les décennies plus tard.  Tout les bourgmestres ont voulu relancer ce projet sans succès.

Création du Master Plan des Forges

En 2007, la commune de Tubize lance le projet du master Plan avec Duferco qui a repris le site.  En 2009, la région wallonne décide de réaménager le site (SAR).  Sur cette base, une démarche participative de grand ampleur a été organisée et a permis d’élaborer un Master Plan en partenariat avec les institutions régionales, locales et les riverains.  La concrétisation de ce travail. Master Plan des Forges de Clabecq

Mr Langhendries (Bourgmestre De Tubize) Philippe Henry (ministre Ecolo à la région wallone)

Ce Master Plan détermine des phases.  Tout d’abord, la dépollution du site par Duferco.  Ensuite la construction des routes dont le contournement de Tubize fait partie ainsi que le boulevard urbain qui sera l’entrée du site.  Ensuite seulement Duferco aura l’occasion de commencer à construire.  On imagine bien l’importance du contournement pour Duferco.  Mais il était primordial de d’abord penser à la mobilité.

Coup d’arrêt pour le contournement

En 2014 et la mise en place du nouveau gouvernement Wallon, nous apprenions qu’il n’y avait pas d’argent pour le contournement.  Le ministre Prévôt voulait une nouvelle fois enterré le projet et mettre en péril tout le réaménagement du site des forges.  Certains diront que c’est un coup politique suite à l’écartement de Mr Langhendries de la majorité tubizienne.

Contournement de Tubize : la Région n’a pas les moyens

Le site des Forges reconnu comme quartier nouveau

En 2016, le site de Clabecq est reconnu comme quartier nouveau par le gouvernement Wallon.  Ce qui va permettre d’accélérer les démarches administratives pour la création de ces nouveaux quartiers.  Le contournement est relancé.

Présentation du nouveau quartier des anciennes forges de Clabecq

 

Ce mardi 23 janvier les tubiziens sont invités au centre culturel à la réunion d’information pour ce contournement.  Il convient de lire attentivement l’invitation “tous public”.

Dans un souci de démocratie participative, nous devons donner envie à un maximum de citoyens de venir à cette réunion.

Le but, outre l’information sur le projet et son tracé, il s’agit dans la phase actuelle de préparer l’étude d’incidence sur l’environnement.

Pour cela, il est possible d’écrire individuellement au collège communal, dans un délai de 15 jours, des remarques, des demandes d’examiner certains impacts sur l’environnement du projet en vue d’intégrer ces préoccupations dans l’étude d’incidence. Cette étude formule des recommandations à l’auteur du projet. La procédure administrative se poursuivra normalement dans le cadre des règles du nouveau code wallon, le Codt. A suivre.

Gare de Tubize: un premier pas, mais……..

Gare de Tubize: un premier pas, mais……..

Depuis un an, nous mettons tout en oeuvre pour que la gare de Tubize devienne une priorité.  L’annonce de certains aménagements est une bonne nouvelle qui va dans le bon sens, mais il en faudra plus.

Début d’année 2017, nous étions alertés par les travailleurs que les négociations entre les autorités communales et la SNCB ne se déroulait pas bien.

Rétrospective 2017 : La gare de Tubize

Aujourd’hui nous apprenons que la gare de Tubize aura quelques nouveaux aménagements.

http://www.dhnet.be/regions/brabant/la-police-sur-le-site-de-la-gare-de-tubize-5a5e3651cd70b09cefaf47ea

C’est un premier pas vers un mieux et nous pouvons nous en réjouir.  Mais ce n’est pas un coup de peinture et des fleurs qui feront revenir les navetteurs.  Le projet d’installation de la police locale dans la gare n’est pas un projet neuf.  Il avait été enterré suite au coût de réaménagement.  Si cette solution est envisagée par la SNCB et la zone de police, nous pensons que cela sera un plus pour la sécurité autour de la gare.  Cette présence policière pourra améliorer le sentiment de sécurité.

Pour une gare efficace, il en faudra plus souligne Youri Caels conseiller communal et navetteurs journaliers 

 

Le premier point est l’offre.  Nous avons travaillé avec les travailleurs de la SNCB sur un plan concret de trains supplémentaires.  Le prochain plan de transport aura lieu en 2020, nous espérons que la SNCB et les autorités communales pourront offrir plus de trains aux navetteurs.

La fiabilité est aussi importante, on ne compte plus les retards journaliers note Dimitri Stevens “navetteur”

 

L’accès à la gare

Les navetteurs sont souvent pointés du doigt pour les problèmes de parking.  Il est vrai que chaque tubizien pourrait être à 10 minutes de la gare soit à pied, soit en vélo, soit en transport en commun. Mais pour cela, il faudrait que l’offre soit satisfaisante. Aucun parking vélo surveillé n’est prévu.  Les navetteurs qui osent venir en vélo à la gare doivent d’abord combattre l’insécurité routière et prient chaque jour pour que leur vélo soit toujours présent à leur retour.  Nous espérons que les réaménagements de la gare tiendront compte de cela.  Pour les transports publics (tec), il faut que l’offre soit plus élargie.  Il n’est pas normal que les Clabecquois, les Oisquercquois et les Saintois ne puissent pas compter sur des bus pour rejoindre le centre de Tubize.

L’accès des Personnes à mobilité réduite pourrait être risible si la situation n’était pas aussi grave.  On ne sait pas s’il existe encore une personne vivante qui a pu voir l’escalator fonctionné.  Il est tout à fait possible de créer une rampe d’accès en amont des quais qui pourrait permettre aux PMR, aux mamans avec des poussettes ou tout simplement à des personnes âgées d’accéder aux quais.

Tout ces points, nous continuerons à les mettre sur la table et bien après 2018.