Pollution du Canal Charleroi/Bruxelles

Pollution du Canal Charleroi/Bruxelles

Bref historique
• Mercredi 17/03
Le district des voies hydrauliques est averti par le garde des écluses de la pollution sur le Canal Charleroi/Bruxelles. Celui-ci, contacte les pompiers de la protection civile car cela semble important.  Des boudins sont placés ainsi qu’un barrage mécanique sur le Canal afin de récupérer et canaliser la perte d’ « hydrocarbures ».
Ce même jour, Mme Dumonceau (échevine de l’environnement de la Ville de Tubize) fait part de la pollution au chef district des voies hydrauliques qui lui répond par retour de mail qu’il est sur place avec les pompiers et la protection civile.
• Vendredi 19/3
Le Contrat Rivière Senne prend contact Mme Dumonceau pour lui signaler que la pollution perdure. Celle-ci reprend contact avec le district des voies hydrauliques.
• Samedi 20/03
Des prélèvements par le Département de la police et des contrôles (DPC) sont effectués sur le site.  Il en ressort que le Canal est souillé sur 5 kms ainsi que les berges.  Une société spécialisée est dépêchée sur place et commence les travaux de dépollution. 4 skimmers qui permettent de récupérer la couche flottante des hydrocarbures, sont placés.
Le Département de la Nature et des Forêts (DNF) est également sur place et ce afin de limiter les dégâts pour la faune et flore ainsi que la pisciculture.
Un numéro spécial (le 1718) est ouvert et est diffusé aux citoyens et ce afin de sauver un maximum de volatiles.
• Mercredi 24/03
Des échantillons sont à nouveaux prélevés par la DPC.
Quelles suites ont été données suites à cette pollution.
Interview de Mme Dumonceau (échevine de l’environnement de la Ville de Tubize)
Q : Pourriez-vous me confirmer que la Région Wallonne a bien déposé plainte ?
R : En date du 31 mars 2021, le DPC a dressé un procès-verbal à charge du pollueur. Ce procès-verbal a été dressé pour non-respect des articles D.161 du code de l’eau (rejet en eau de surface de substances interdites) et 58§1er du décret relatif au permis d’environnement (non-respect des conditions d’exploiter) et transmis au Parquet de Nivelles. Ce procès-verbal fait notamment suite aux constats de l’agent de garde SOS Environnement-Nature et de l’enquête et des constats du DPC (Département Police et Contrôles).
Q : La pollution est-elle tarie à ce jour car le pollueur pompe encore ?
R : Concernant les dispositifs (barrages) actuellement en place, suite à un contact avec le SPW MI et le pollueur, il appert que les dispositifs placés de part et d’autre de l’écluse d’Ittre sont actuellement maintenus par sécurité. De même, à hauteur du point de rejet du pollueur, un barrage est maintenu également par sécurité en vue de collecter les irisations d’hydrocarbures encore présents à ce niveau issus des purges des canalisations et du relargage en provenance des berges.
Q : Ne serait-il pas important de mettre en place une plate-forme de suivi réunissant les différentes parties impliquées dans ce dossier (autorités, monde associatif, contrat de rivière) ?
R : Un groupe de travail a été directement mis sur pied, celui-ci est composé de :
• M. le Gourverneur de la Province
• Les Bourgmestres de Ittre et Tubize
• Les 2 échevines de l’environnement Ittre et Tubize
• Les services administratifs régionaux (DPC, DNF, les voies hydrauliques, Demna)
• Les Cabinets des Ministres de l’Environnement (Mme Tellier) et de la mobilité (M. Henry)
Q : Pourriez-vous me dire si l’auteur de cette pollution est aujourd’hui connu ?
R : Il y a à ce jour une forte présomption sur l’identité du pollueur . Celle-ci sera certaine dès lors que les résultats des prélèvements seront connus. Le pollueur supposé, bien que n’ayant pas encore reconnu publiquement en être l’auteur, participe néanmoins activement aux travaux de dépollution en les finançant. Le tout, sous le contrôle du DPC.
Projet d’enfouissement des déchets hautement radioactifs … Parlons-en !

Projet d’enfouissement des déchets hautement radioactifs … Parlons-en !

Introduction

Qu’est-ce que L’ONDRAF ?

L’ONDRAF est l’organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies. Il est responsable, depuis 1980, de la gestion des déchets radioactifs en Belgique.

Un déchet radioactif est un déchet qui émet des rayonnements susceptibles de causer des dommages à l’homme et à l’environnement. Ils sont issus de la production d’électricité dans les centrales nucléaires, du démantèlement d’installations nucléaires ou encore de l’utilisation de substances radioactives dans le cadre de la recherche, de la médecine, de l’agriculture et de certaines activités industrielles.

Enfouissement des déchets

Projet d’enfouissement des déchets hautement radioactifs de l’ONDRAF

Sous le couvert du confinement, période durant laquelle l’attention de l’opinion publique est légitimement focalisée sur la gestion de la pandémie du COVID-19 et ses conséquences sanitaires, économiques et sociales, l’Organisme National des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies (ONDRAF) a proposé au gouvernement fédéral d’adopter  le projet intitulé « Une destination finale pour les déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie en Belgique ».

 

L’enquête.

Cette consultation publique1 qui se tiendra entre le 15 avril et le 13 juin 2020  nous est présentée comme visant à définir la méthode de stockage « définitif » par enfouissement géologique de la quantité actuelle de nos déchets nucléaires, soit les déchets de type B (soit 8 900m3) et de type C (soit 2 100 à 4 700 m3 ).

Par deux fois, les députés fédéraux en charge de ce dossier Samuel Cogolati (Ecolo) et Malik Ben Achour (PS) ont réclamé un allongement du délai, comme l’ont fait les Régions pour les autres enquêtes publiques. Par deux fois, la demande a été refusée par le MR et la droite flamande, malgré l’appui de tous les autres partis.

Un large débat sociétal doit pourtant  répondre à toutes les garanties démocratiques et doit être étayé de toutes les connaissances techniques et scientifiques actuelles et à venir.

Ladite consultation, par ailleurs, pose question. Elle définitivement tournée vers une simplification abusive de la situation. Les questions sont automatiquement tournées de manière  à faire accepter leur solution comme LA seule solution.

Tout le dossier nous détourne des vraies questions pour ne se focaliser que sur la question technique, sans jamais prendre en compte les sphères sociales et environnementales.

La Belgique n’a pas encore de plan concret pour ses déchets nucléaires. Mais cette décision (à laquelle la population doit participer) doit porter sur un système de gestion précis à long terme des déchets nucléaires (on parle de MILLIONS d’années)

Or, nous ne rencontrons que principes et propositions abstraites. Le projet de plan qui fait l’objet de cette consultation ne répond pas non plus aux exigences européennes.

ll est à relever que l’avis de l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) sur le contenu de la consultation publique était attendu sur ce projet pour le 13/06, au même titre que celui des citoyens. Comment est-il possible qu’on demande l’avis du citoyen lambda sur une problématique aussi importante et dangereuse avant d’ avoir au minimum pu être éclairés par l’avis de l’AFCN ?

1 https://www.ondraf.be/

« La consultation publique en cours n’est qu’un épisode de l’habile stratégie que pratique l’organisme depuis le milieu des années 2000 : le saupoudrage de démarches qui donnent l’illusion d’une démocratie participative, mais qui sont en réalité détournées au profit de la fabrique du consentement. » 

https://pour.press/author/isabelle-masson-loodts/

 

Isabelle Loodts

Pour écrire la liberté, 25/04/2020

Mais que propose l’ONDRAF ?

L’ONDRAF propose de stocker en profondeur, quelque part sur le territoire belge, les déchets hautement radioactifs à long terme.

Le projet de l’ONDRAF est basé sur son Plan Déchets présenté en 2010, qui fut remis en question à trois reprises par l’AFCN en 2011, 2016 et 2017. Aucune mesure substantielle préconisée par l’AFCN n’a été prise en compte par l’ONDRAF. Les principaux aspects du présent projet restent inconnus, aucune information quant aux modalités concrètes du stockage de ces déchets (lieu, moment et méthodes) n’étant à ce stade spécifiée.

Stockage par enfouissement :

 L’enfouissement à 200m sous terre n’offre aucune possibilité d’intervention a posteriori. Il s’agit d’une solution irréversible !

De nombreux accidents ont déjà eu lieu sur ce type de site : incendies, explosions et rejets de gaz radioactifs dans l’environnement,  contamination des eaux, corrosion des conteneurs de stockage, etc.

 Il est impossible de s’assurer que la solution de « stockage géologique » proposée par l’ONDRAF soit totalement sécurisée, notamment parce que les aléas sismiques sont imprévisibles sur des échelles de temps aussi longues que de l’ordre du million d’années et sera à terme irréversible. Même sans tremblement de terre, les exemples d’accidents se multiplient après seulement quelques dizaines d’années de ce type de stockage.

 

  • Le Waste Isolation Pilot Plan au Nouveau-Mexique3 où plusieurs centaines de milliers de fûts peuvent être stockés dans des cavernes de sel à 640 mètres de profondeur  a connu un incendie avec dégagement radioactif.
  • La Stocamine4, en Alsace où un incendie s’est déclaré à proximité du site d’enfouissement. La seule solution trouvée lorsque l’incendie s’est déclaré était de fuir le site et de le sacrifier
  • En 2017, à Hanford (USA)5, des milliers d’employés ont été confinés après l’effondrement d’un tunnel rempli de substances contaminées
  • L’ancienne mine de sel d’Asse en Allemagne6 a vu ses eaux contaminées. 

En 20 ans, les exemples se multiplient démontrant que la solution d’enfouissement n’est ni sécure ni efficace. Mais surtout, elle génère des catastrophes dont nous n’avons encore vu que les prémisses.

La Suède a prononcé son opposition7 au projet d’enfouissement à 460 mètres de profondeur dans le granit par manque de sûreté et vu les risques de dysfonctionnements graves, mais aussi au vu des problèmes de méthodes et de choix du site

Le gouvernement des Pays-Bas a lui aussi décidé le 29 janvier 2018 de reporter toute décision définitive à l’an 21008.

L’ONDRAF n’a pas encore mené d’étude approfondie sur les solutions alternatives au «stockage géologique », comme exigé par l’AFCN et la population belge.

Pourtant des solutions existent. Sachant qu’ un éventuel site de stockage géologique ne sera pas pleinement opérationnel avant 2100, l’enfouissement sub-surface, est une alternative. Certes temporaire, cette méthode permet au moins de garder un œil sur le stockage et de pouvoir réagir de manière opportune lorsqu’un élément terrestre l’exigera. Il permet pour les 100 ans à venir de garder une surveillance de tous les instants sur le stockage, en attendant que la technologie puisse trouver une solution plus durable et moins sale.

  1. https://www.npr.org/sections/thetwo-way/2015/03/26/395615637/official-report-nuclear-waste-accident-caused-by-wrong-kitty-litter
  2. https://www.usinenouvelle.com/article/les-chantiers-maudits-que-faire-de-stocamine-et-ses-encombrants-dechets.N864845
  3. https://abcnews.go.com/Health/hanford-nuclear-site-incident-raises-questions-health-cancer/story?id=47327495
  4. https://www.sortirdunucleaire.org/Scandaleuse-contamination
  5. https://www.michele-rivasi.eu/politique/dechets-nucleaires-le-choix-de-lenfouissement-en-couche-geologique-profonde-nest-pas-acceptable
  6. https://lenergeek.com/2018/12/06/pays-bas-nucleaire/
Zones de stockage :

Les zones de stockage sont à l’étude. Ils concernent les sols composés de schiste (argile peu indurée).

La couche d’argile est donc, jusqu’à nouvel ordre, le lieu privilégié pour l’enfouissement des déchets B et C. Certains sites sont envisagés : Florenville, Chiny, Virton ou encore Neufchâteau, Vaux-sur-Sûre, Fauvillers, Namur, Dinant, Stavelot et Boom9.

Or, il n’a jamais été démontré quant à la stabilité et l’imperméabilité de ces sols. Il n’existe aucune étude comparative de sûreté.

9. https://www.lavenir.net/cnt/dmf20200512_01474276/des-dechets-radioactifs-stockes-par-la-belgique-au-sud-du-pays

Conclusion

Passer sous silence une consultation publique de cet ordre est une escroquerie.

Actuellement, aucune mesure sécure à hauteur de cet enjeu social, sanitaire et environnemental n’existe. L’enfouissement préconisé met en danger notre humanité pour les générations voire les civilisations à venir. L’impact direct et indirect de telles mesures non contrôlées est incommensurable.

L’énergie produite par les centrales nucléaires se veut la moins chère sur le marché.

C’est sciemment omettre le coût de la gestion de ses déchets.  Cette gestion par enfouissement engagerait la Belgique sur une durée d’au-moins 300.000 ans et coûterait au moins 10,7 milliards € ! Montant qui retombera immanquablement à court terme sur le citoyen, quelle qu’en soit la forme. Ce n’était pas à l’ordre du jour lors de la construction des centrales nucléaires.

 

Un enfouissement pleinement opérationnel ne pourra voir le jour avant le siècle prochain par manque de moyens techniques. La recherche dans ce domaine n’en est qu’à ses balbutiements.

Il n’y a donc aucune urgence. A part celle d’Engie-Electrabel… et de l’ONDRAF. Seul le lobby nucléaire peut trouver un avantage réel à faire passer un plan de cette ampleur à l’agenda politique de manière à assurer le monopole de l’énergie atomique comme seule solution au dérèglement climatique. Le Greenwashing fait partie intégrante de leur communication.

L’enfouissement n’est pas une méthode de gestion, il s’agit d’un abandon… Nous devons fermement nous y opposer quel que soit le lieu.

Enfouissement des déchets nucléaires: une enquête publique ridicule

 

A VOIR :

Un héritage empoisonné

 

 

 

 

Faut-il s’opposer à la 5G ?

Faut-il s’opposer à la 5G ?

C’est quoi la 5G ?

Cette technologie offrira un débit beaucoup plus élevé que la 4G (10 fois supérieur), ce qui augmentera la vitesse d’accès aux contenus et la circulation d’un volume plus important de données.

Elle permettra donc à toutes une série d’équipements électroniques d’être connectés entre eux, ce qui développera des applications comme les voitures autonomes, usines automatisées, chirurgie à distance, robots « intelligents » …

Beaucoup de questions se posent quant au développement de cette nouvelle technologie.
1. L’exposition au champ électromagnétique.
1.1. Qu’est-ce qu’un champ électromagnétique ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

On peut se représenter le rayonnement électromagnétique comme une série d’ondes très régulières qui progressent à une vitesse extrêmement élevée et plus précisément à la vitesse de la lumière. La fréquence traduit simplement le nombre d’oscillations ou de cycles par seconde, tandis que la longueur d’onde est égale à la distance entre un point d’une onde et son homologue sur l’onde suivante. Fréquence et longueur d’onde sont donc totalement indissociables : plus la fréquence est élevée, plus la longueur d’onde est courte“,

Nous pouvons dire qu’un champ magnétique apparaît lorsqu’un courant électrique circule, son intensité varie selon la consommation d’électricité. Tout autour de nous, il existe des champs électromagnétiques. Certains sont d’origine naturelle (comme lors d’un orage) et d’autres sont le fruit de l’activité humaine.

1.2. Bandes de basses et de hautes fréquences.

Les ondes de haute fréquence transportent plus d’énergie que les ondes de bases fréquences.

Les bandes basses, de large couverture, se propagent à travers les bâtiments et s’échelonnent autour de 3,4 et 3,8 GHz.  (c’est le niveau émis par le Wifi). Les bandes ” à haute fréquence (dites « millimétriques ») fonctionnent à plus de 24,25 GHz (ce à quoi devrait arriver la 5G).

Pour l’instant, on ne sait pas quel serait le taux d’émission d’ondes de la 5G.

« À partir de 10 GHz, l’énergie électromagnétique ne pénètre pratiquement plus dans le corps, mais est concentrée au niveau de la peau : ça pose des questions différentes en matière d’effets potentiels sur la santé », M. Merckel, expert de l’agence de sécurité sanitaire française Anses.

1.3. Une exposition à ces champs est-elle susceptible de susciter des réponses biologiques et de nuire au bien-être de la population ?
  • La réponse ne coule pas de source car les études scientifiques ne sont pas unanimes.

Si l’OMS déclare que « Malgré de nombreuses recherches, rien n’indique pour l’instant que l’exposition à des champs électromagnétiques de faible intensité, soit dangereuse pour la santé humaine ».

Elle annonce aussi, « Les ondes électromagnétiques sont “peut-être cancérigènes” pour l’être humain », dans son rapport en collaboration de l’Agence internationale de recherches sur le cancer (IARC) de 2011.

En effet, certaines études démontrent des risques d’augmentation de cancer, de dommages génétiques, de changements structurels et fonctionnels du système reproductif, de déficits d’apprentissage et de mémoire, de désordres neurologiques et d’impacts négatifs sur le bien-être.

Ces dommages n’affecteraient pas seulement l’homme mais aussi la faune et la flore.

  • Le principal effet biologique des champs électromagnétiques

« Le principal effet biologique des champs électromagnétiques de radiofréquence est de nature thermique » (OMS). Ce qui induirait l’augmentation de la température des zones exposées.

Les études ont montré l’existence d’effets biologiques sur certains paramètres comme le sommeil ou la tension.

Mais effet biologique ne veut pas forcément dire effet sanitaire, c’est-à-dire danger pour la santé.

En effet, les effets biologiques sont le signe que le corps s’adapte aux variations de son environnement.

Donc les conséquences sur la santé apparaitront si l’accumulation d’effets biologiques dépasse la capacité d’adaptation du corps.

2. La prolifération d’antennes

Pour augmenter le volume de données, la 5G utilisera une bande de fréquences plus haute que la téléphonie mobile actuelle (de 3,4 gigahertz (GHz) dans un premier temps pour arriver au-dessus de 26 GHz.)

Mais plus la fréquence est haute, plus la portée des ondes est courte. De ce fait cette technologie ne sera efficace que sur des petites distances. De plus, elle se transmet mal à travers les solides. C’est pourquoi son déploiement nécessitera une augmentation du nombre antennes-relais (jusqu’à une antenne toutes les 10 ou 12 maisons en zone urbaine)

Le déploiement de la 5G conduirait à une augmentation de l’exposition aux ondes électromagnétique

Le déploiement de nouveaux transmetteurs pour la 5G devrait générer selon les estimations entre 10 et 20 milliards de connexions. Ce qui augmentera substantiellement l’exposition permanente de l’intégralité de la population européenne aux champs électromagnétiques.

https://geoportail.wallonie.be/catalogue/3de9790e-529f-431f-ac4f-e86d827bde8e.html

http://www.sites.bipt.be

3. Cybersécurité

Les premières réseaux mobile (1G à 4G) permettaient de se parler, de s’écrire, de s’envoyer des images et enfin d’aller sur internet.

La 5G, elle, servira à connecter les objets du quotidien et des équipements dits « intelligents », c’est-à-dire qu’un monde avec la 5G sera encore plus interconnecté qu’il ne l’est aujourd’hui… avec tout ce que cela implique en matière de cybersécurité.

En effet, démultiplier les appareils connectés multipliera aussi le nombre de points d’entrées des attaques pour les cybercriminels. Outre le vol de données personnelles ou usurpation d’identité, l’espionnage industriel, les piratages de certaines machines pourraient mettre en danger la population.

Un moratoire nécessaire …

Le déploiement de la 5G conduirait à une augmentation de l’exposition aux ondes électromagnétiques.  Donc pour l’instant, si les données scientifiques sont de plus en plus nombreuses, Il faut les analyser pour évaluer leurs impacts éventuels sur la santé.

C’est la raison notamment pour laquelle, plus de 170 scientifiques et médecins de 37 pays demandent un moratoire sur le déploiement de la 5G.

Donc si au niveau de la santé, pour l’instant il n’y a pas de consensus (on peut se demander si le business y a intérêt), on constate surtout que la 5G n’est qu’un élément de plus dans la chaîne des polluants, pesticides, particules fines, etc.…

De plus, il est aussi important de savoir si la protection des données personnelles sera assurée et d’être certain que des dispositions légales seront prises en ce sens.

Poussons la réflexion un peu plus loin

Si les nombreuses possibilités liées à cette technologie semblent intéressantes, on peut se demander ce qu’elle coûtera en investissement, en énergie et, en fait, sont-elles vraiment utiles ?

A titre d’exemples, faut-il vraiment un tire-bouchon à pression d’air pour ouvrir une bouteille de vin ? Sauf si tu dois en ouvrir 1000 en quelques minutes ! Si un chirurgien peut opérer à distance via la 5G, pourquoi doit-il encore aller à l’hôpital et ne pas le faire de chez lui ? Où est l’humain dans tout cela ?

C’est la plus grosse question ! Ce type de technique nous conduit directement vers un monde plus contrôlé, plus standardisé, plus uniformisé. Que devient l’homme dans tout ça ? Un robot ? Un numéro ? Une marionnette ? Note que c’était déjà la prévision d’Aldous Huxley dans son bouquin “Le meilleur des mondes ” … en 1932 !

Plus une société est technicisée, plus elle devient fragile ! Que se passe-t-il en cas de panne ? Est-on prêt à garder des solutions de sauvegarde et à accepter les frais supplémentaires ?

Des exemples : à la SNCB, toute la circulation des trains à Bruxelles est centralisée et pilotée par ordinateur …En cas d’incident même mineur, tout s’arrête ! Idem pour la distribution d’électricité en Europe ; un incident ou sabotage peut nous priver de courant et bonjour les dégâts.

On calcule toujours les bénéfices des nouvelles technologies mais jamais les coûts d’un dérapage ; Bien sûr, les bénéfices ou les pertes ne vont pas dans les mêmes poches !

Antenne GSM rue d’Hennuyère à Tubize

Antenne GSM rue d’Hennuyère à Tubize

Au mois d’avril 2019, une demande de permis d’urbanisme concernant l’installation d’une antenne GSM rue d’Hennuyère à Tubize a été introduite à la région wallonne.

Le 7 juin 2019, la Ville a rendu un avis défavorable à cette demande pour les motifs suivants :

– il faut envisager des alternatives ;

– la Ville préconise l’utilisation d’infrastructures existantes ;

– le niveau de couverture dans la zone est suffisant ;

– des réclamations ont été émises via l’enquête publique.

L’enquête publique a suscité 49 réclamations et une pétition reprenant 63 signatures, qui peuvent être résumées comme suit :

– atteinte à l’intégrité du paysage et de la zone agricole ;

– implantation trop proche des habitations ;

– craintes concernant la santé des riverains ;

– multiplication inutile des antennes.

Malgré notre avis défavorable, la Fonctionnaire déléguée a octroyé le permis le 26 août 2019.

La Ville de Tubize a donc désigné un avocat pour aller en recours contre cette décision pour toutes les raisons évoquées ci-dessus.

La commission des recours ayant eu lieu le 28 octobre n’a pas suivi les arguments des avocats de la Ville et a rendu un avis favorable.

Nous ne pouvons que déplorer cette décision, toutes les voies de recours ont été introduites, mais malheureusement l’administration n’a pas tenu compte de l’avis de la Ville et des citoyens.

Tubize passe à la récolte des déchets organiques

Tubize passe à la récolte des déchets organiques

Dès le 1 janvier 2020, Tubize proposera la récolte des déchets organiques.

Le poids du bon sens

Aujourd’hui, nous générons plus ou moins 150 Kg de déchets par an.  Dans nos poubelles se trouvent de nombreux déchets organiques (reste alimentaire, résidu de jardin,…).  On estime à 60 Kg de déchets par an de déchets organiques.  Aujourd’hui, ces déchets sont brûlés à l’incinérateur qui émet des tonnes de CO2.  Alors que ces déchets peuvent être valorisés autrement.  Ils peuvent être biométhanisés pour produire du gaz et de l’électricité.

Dans le contexte actuel, il est inconcevable de continuer à brûler ces déchets.  Cela permettra aux citoyens de continuer leur effort vers le zéro déchet.

Système de collecte

Dès ce 1 janvier, vous aurez la possibilité d’avoir un deuxième sac poubelle.  Ce sac pourra contenir tous les résidus alimentaires, les résidus de jardin et tous les restes qui sont compostables.  Dans les prochains mois, la ville organisera des séances d’informations pour accompagner les citoyens vers ce changement.  Les collectes auront lieu toutes les semaines.

Et dans l’avenir

La ville avait la possibilité de passer à la récolte via des conteneurs.  Ce système permet de payer ces déchets au poids.  Plus de 100 communes sont passées à ce système en Wallonie.  On remarque une diminution du poids des déchets et cela permet à 80% des citoyens de payer moins cher pour la récolte des déchets.

Mais pour cela, ça demande certains aménagements.  Par exemple pour les quartiers ayant des immeubles, comme dans le centre-ville, on peut passer au système de conteneur enterré.  Pour cela, il faut que la Ville et les propriétaires puissent se décider où mettre ces conteneurs enterrés.  La ville a décidé de se donner trois ans pour évaluer la situation et de passer au conteneur pour tous dans trois ans si cela est possible.

Tubize passe à la récolte des déchets organiques

Installation de conteneurs intelligents pour les déchets organiques

Ce lundi 11 février 2019, la Ville de Tubize a décidé d’installer les premiers conteneurs enterrés.  Ces conteneurs sont appelés CIPOM (Conteneur Intelligent Pour les Ordures Ménagères) et CIFFOM (Conteneur Intelligent pour la Fraction Fermentescible des Ordures Ménagères).

En effet, suite au nouveau plan de déchets de la Région Wallonne voté en mars 2018.  Les gestionnaires de collecte des déchets (Inbw pour Tubize) ont l’obligation d’organiser une collecte pour les déchets ménagers fermentescibles.  Les services de la Ville de Tubize travaillent actuellement avec l’Inbw pour implanter cette collecte sur Tubize.

Déchets à fraction fermentescible

Ce mot barbare désigne un déchet composé exclusivement de matière organique biodégradable. Il est susceptible d’être traité par compostage ou méthanisation.  Ce sont les déchets verts, les rebus de cuisine ou du potager…

Aujourd’hui ce genre de déchets se trouvent dans nos poubelles blanches si nous n’avons pas la capacité d’avoir un compost.  Quand ces déchets se trouvent dans nos poubelles blanches, ils sont brûlés à l’incinérateur.  Alors que ce genre de déchets peut être revalorisé pour produire soit du compost soit du gaz par méthanisation.  Aujourd’hui le bon sens nous pousse à dire que ce genre de déchets pourraient être réutilisés.

Quelle collecte ?

Aujourd’hui se pose donc la question de comment collecter ces déchets ? L’inbw nous propose deux solutions plus une complémentaire.  La première solution est la collecte de ces déchets via des sacs poubelles classiques d’une autre couleur. L’autre solution est que chaque citoyen puisse avoir une poubelle à puce individuelle pour ces déchets.  La ville n’a pas encore tranché sur la solution la plus adéquate pour Tubize.

Poubelles enterrées

Par contre, l’Inbw propose une solution supplémentaire ce sont les poubelles enterrées.  Ce genre de conteneur coûte plus ou moins 20 000€.  Donc la ville est en train de réfléchir pour savoir combien nous pourrions en installer par an en fonction des budgets.  En attendant, les propriétaires peuvent envisager l’installation de ces conteneurs.  D’ailleurs, les premiers conteneurs seront installés par un propriétaire privé.  Dans les projets futurs (site des Forges,…) l’installation de ce genre de conteneur sera obligatoire.